D'heure en heures, se distille l'horreur... Un désastre qui s'inscrit hélas, dans la durée. J'apprends encore que deux personnes, restent ensevelies sous les gravats des immeubles effondrés lundi matin-Rue d'Aubagne. Il s'agit pour les secours de sécuriser le site, en hésitant pas à démolir ou à consolider les immeubles impactés par l'effondrement. Déjà six victimes donc...L'effroyable destin de ces malheureux me bouleverse. Je pense aux familles, aux proches de ces gens, c'est terrible ! Je songe aussi à ceux qui restent, délocalisés vers des lieux d'accueils, chamboulés par la proximité du drame, effrayés et aux perspectives incertaines... Qui est responsable ? Tout le monde ou personne ? La Fatalité ? Allons, quelle sorte d'inactions, de laisser aller, d'incompétences ou de spéculation a permis cela ? Il faudra savoir, c'est une nécessité, la vérité la vraie ! C'est un minimum ! En temps que Maire du secteur des 2e et 3e arrondissements, j'interpelle plus que souvent, sur les risques liés à la paupérisation des quartiers autrefois populaires, suis-je entendue... Cette fois, dans le quartier Noailles, nous vivons l'exemple type et désespérant de ce qui ne devrait jamais se produire... Mais bon, je ne participerai pas de ces polémiques stériles. La colère des gens est compréhensible, légitime, mais je n'ai nulle envie ni besoin d'en rajouter. Je préfère l'espoir sincère que j'ai, que les secours vont pouvoir aller très vite et que de ce drame affreux, naîtra enfin, une prise de conscience générale d'où pourra déboucher un vaste plan ambitieux de rénovation urbaine, afin que personne n'ai plus jamais à vivre cela.  LN.

840_medias_photos_documents_photo-marins-pompiers-636770234950200421